thĂšme: RapJazz

Déjà un gros merci à vous pour cette initiative et pour la qualité des discussions !

L’idĂ©e des thĂ©matiques m’a emmenĂ© Ă  vous Ă©crire le premier commentaire de ma vie sur internet.

Depuis pas mal d’annĂ©es quand on parle de rap je cite une partie du rap français sous l'appellation « Rap jazz ». 
Cette dĂ©nomination fut source de gros dĂ©bats dans mon entourage pour qui ce terme dĂ©finit une partie des origines du hip hop amĂ©ricain, puis un type de Hip Hop Old school en opposition Ă  l’apparition du grangsta rap et aujourd’hui une rĂ©fĂ©rence Ă  un type de sample, de scĂšne ou de crossover.

Le RapJazz est complĂštement dĂ©fini aux Etats-Unis par l’importance du jazz dans l’histoire de la zik et de la cultureamĂ©ricaine avec du jazz-rap ( album postume de Miles Davis, Guru, Quasimoto...) ou du hip hop (A Tribe Called Quest Ă  The Roots, Common ou De la Soul, Mos Def et Talib Kweli, et moins visible comme J-Live, ou encore Apani B. FLy Emcee
).

Le rap jazz est un synonyme de dĂ©but du rap ou de hip hop « conscient » ou intello pour les Etats-Unis quand on regarde l’histoire de la musique et a continuĂ© dans les annĂ©es 2000 avec Abstrackt Keal Agram, Beat Assaillant (qui traĂźne beaucoup trop dans les jazz club de notre capitale), Dela ou SWHAT?!...

J’ai l’impression qu’il s’est diversifiĂ© et continue aujourd’hui avec d’un cĂŽtĂ© des Kamasi Washington qui fait venir plein de rappeurs, Kassa Overal, mĂȘme Kendrick qui fait appel Ă  Robert Glasper et Thundercat, Injury Reserveet, HornDogz et Saxmachine (je crois mĂȘme que c’est un français derriĂšre) d’un autre cĂŽtĂ© la prĂ©sence de nombreuses scĂšnes un peu plus indĂ© comme Ă  New Orleans, Chicago ou en Californie...

Bref, peut-ĂȘtre je dis de grosses conneries mais voilĂ  la dĂ©finition que j’en fais.
En France le rap jazz me semble regrouper deux parties : des fondamentaux du hip-hop 
et plus récemment un rap jazz autonome, comme une catégorie à part entiÚre.

Ce dernier, peu Ă©voquĂ© dans les mĂ©dias rap, peut-ĂȘtre culturellement plus bourgeois (en mĂȘme temps le mot jazz en France en 2020 rĂ©sonne cave Ă  jazz dans le 6Ăš avec chandelle et whisky japonais), et peut-ĂȘtre plus Ă©coutĂ© par des vieux fans de rap, des jeunes de groupes sociaux un peu Ă©levĂ© errants la nuit dans les rues de Paris ou des autres grandes villes de France : Toulouse, Bordeaux, Lyon, Nantes ou des provinciaux amoureux des festivals :

Alliance Ethnik (les pĂšres fondateurs?)

MC Solaar (le dieu) – prose combat ?

Oxmo (le prophÚte) - Cactus de Sibérie 
- Lipoppette Bar avec The Jazzbastards
- Au payx d’Alice avec Ibrahim Maalouf

RocĂ© (l’apĂŽtre) – IdentitĂ© en crescendo (le man a quand mĂȘme invitĂ© Archie Shepp)

Abd El Malik (le guerrier)

Hocus Pocus (les maĂźtres) - 73 Touches
+ Soul Square

La CĂ©dille – Vu du Large

Milk Coffee and Sugar - Milk Coffee and Sugar (les plus rafraichissants et il faut check tout ce qu’ont fait en solo Gael et Edgard)

Jazz Liberatorz - Clin D’oeil (le chef d’oeuvre absolue de cette idĂ©e mais difficile Ă  dire que c’est un album de rap français)

Kacem Wapalek – Je vous salis ma rue 

NĂ©pal ( et en gĂ©nĂ©ral l’Entourage, certes marquĂ© par Time Bomb ou d’autres vrais kickeurs mais quand on Ă©coute le 5 Maj, groupe de Nekfeu ou l’album « jeune entrepreneur » de l’Entourage il y a un cĂŽtĂ© jazzy comme jamais).
The Hop / Jazzy Bazz / Espiiem / Kema

Kondho - Soul Inside 

Vincelow – BT2 
FĂ©fĂ© – Tout ce qu’il a fait sans le Saian


Et il en manque Ă©videmment beaucoup.

Pour conclure le jazz est prĂ©sent partout dans le dĂ©but du rap mĂȘme en France de Assassin aux Sages PoĂštes, de la Rumeur au grand Dj Medhi.  Est-ce que en fait le jazz et le rap ne sont pas la mĂȘme chose, une suite logique ? 

Peut-ĂȘtre ici diviser en deux parties les pionniers du hip hop avec le rap jazz actuel ?

Et quel nom donner à ce hiphop jazz français plus moderne ?
Like Comment